Travailleurs détachés: la FEPS propose une évolution législative sur la base du portage salarial et s’indigne de la fabrication massive de travailleurs pauvres en Europe.

feps

La FEPS souhaite attirer l’attention des autorités européennes sur l’étendue d’une confusion de langage que les professionnels du portage salarial rencontrent au quotidien.

Professionnels du portage des salariés en Europe, les adhérents de la FEPS regrettent vivement qu’aucun dispositif ne vienne contrecarrer le dumping social dans notre espace communautaire alors que nous pourrions aller vers plus d’harmonisation.

Employer des travailleurs étrangers en considérant qu’ils sont low cost, c’est tout simplement paupériser tout un espace dont l’ambition est au contraire la prospérité.

Cette situation est d’autant plus incompréhensible pour les adhérents de la FEPS que de nouvelles formes d’emploi permettent de proposer à des entreprises un vivier exceptionnel de talents et de compétences par le dispositif du portage salarial.

Le portage salarial dans l’espace européen apporte une solution sociale innovante et juridiquement réglementée selon les pays concerné. Le portage salarial permet au contraire un détachement sécurisé de personnel. Son développement est cependant contrarié par la mise en place de véritables réseaux d’exploitations de travailleurs pauvres venus chercher une activité à des prix défiants toute concurrence. Nous, professionnels des nouvelles formes d’emploi, attachés à l’humain et à l’éthique, ne saurions l’accepter sans réagir.

Les adhérents de la FEPS, seul syndicat de défense des intérêts des sociétés de portage salarial dans tout l’espace social européen, appellent à mettre fin sans attendre à l’amalgame  qui règne entre ces deux principes. Le portage n’est pas le détachement. Nos actes comme nos valeurs suffisent à le démontrer.